Capture d’écran 2018-09-12 à 17

 Les "journées du patrimoine" sont l'occasion d'évoquer cette année l'orgue de l'église Notre Dame d'Alfortville.

Classées aux monuments historiques, ces grandes orgues ont été construites par Cavaillé Coll en 1900. De même facture que les grandes orgues de Notre Dame de Paris, et que celles des églises de la Madeleine et de Saint Sulpice. Endommagées par un incendie en 1932, elles furent entièrement restaurées en 1984.

Cet orgue est inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel depuis 1978.

Avec ses 22 jeux, ces grandes orgues d'Alfortville sont classées comme étant les troisièmes plus importantes du Val-de-Marne. Ce patrimoine culturel ne saurait être mis en péril, mais il nécessite un entretien régulier. La rénovation et la réparation d'un tel instrument, appelées "relevage", consiste en son démembrement, en son nettoyage et en son remontage... Alimentés par une soufflerie regroupant des réservoirs qui produisent du vent, l'ensemble des tuyaux sonores composant l'orgue est assemblé suivant une gamme définie. Le clavier du pédalier compose ce que l'on appelle la console. En dehors de l'utilisation hebdomadaire pour les offices religieux, l'orgue est utilisé par les élèves de la classe d'orgue du conservatoire de la Communauté d'agglomération.

Après diagnostic d'experts, le «relevage» complet de l'instrument est évalué à 220.000 €.

L'association des Amis des Orgues Notre Dame d'Alfortville (AONDA) organise régulièrement des concerts gratuits très attendus des Alfortvillais, dont les quêtes de fin de concerts sont entièrement au profit de la restauration indispensable et désormais devenue urgente de l'instrument. Hélas sans aide extérieure, il sera difficile de réunir les 220.000 € estimés pour la restauration de l'instrument.

Un article paru dans le journal le Parisien de novembre 2015 en parlait déjà:

«Nous avons la chance d’avoir ce merveilleux instrument, dans un endroit à la très bonne acoustique, argue Catherine de Rasilly, Présidente de l’AONDA. Les élèves du conservatoire viennent répéter le samedi matin. Ce n’est pas un objet du culte mais un objet culturel. Il faut que les gens le sachent.» La mobilisation pour sauver les claviers en ivoire, les tuyaux en étain et les soufflets en peau d’agneau ne s’arrête pas là. L’AONDA prévoit une opération mécénat début 2016. « Les donateurs pourraient ainsi sponsoriser un tuyau, le clavier, etc, souligne Catherine de Rasilly. Cela s’est déjà fait dans l’Eure avec succès.» Agnès Vives

 

Capture d’écran 2012-09-26 à 16

 

Le dossier complet de " sauvegarde " du Patrimoine envoyé à Stéphane Bern en charge de la  "mission patrimoine" au sein du gouvernement n'a, hélas, pas retenu suffisamment son attention pour que cette cause soit soutenue...

La suppression de la réserve parlementaire aux sénateurs et aux députés a été votée à l’été 2017 et prive, par voie de conséquence, bon nombre d'associations d'une éventuelle participation financière indispensable à l'aboutissement de leurs projets.

Ainsi, Luc Carvounas a-t-il versé l’intégralité de ses 110 000 euros de dépenses 2017 au Département pour la rénovation de l’éclairage du Pont suspendu (pont du Port à l’Anglais) entre Vitry-sur-Seine et Alfortville. Il avait réparti le montant de ses précédentes réserves parlementaires entre les projets d’investissement de nombreuses autres villes, citant les jardins familiaux de Villecresnes ou encore le centre de loisirs de Boissy-Saint-Léger. "J’ai contribué à l’investissement de la moitié des villes du département au cours de ma mandature. Concernant le pont du Port à l’Anglais, cela faisait un quart de siècle que le sujet faisait débat avec la ville de Vitry et le département car les travaux s’élèvent à plus de 800 000 euros. Nous avons fini par diviser les frais et la réserve parlementaire y a contribué », détaille l’élu en rappelant qu’il s’agit d’un équipement départemental.

Il y a beaucoup de façons de participer à ce projet ambitieux et nous savons les Alfortvillais attachés à leur patrimoine commun.

L'AONDA va donc lancer une opération de mécennat ouverte à tous, aux entreprises et Groupes présents sur le territoire de la ville. Chaque don sera une aide concrète apportée à son action.

Les Alfortvillais désireux de sauvegarder notre patrimoine peuvent bien sûr participer, à titre individuel, à hauteur de leurs moyens. Ces dons sont bien évidemment déductibles des impôts: par exemple, pour 35 € de dons, le coût réel pour le donateur est de 13 €.

Vous pouvez également devenir "sponsor" en choisissant plus précisément un ou plusieurs éléments de l'orgue:

une pédale ...... 35 €

une pipe Grande , solo, choeur ...... 35 €

une trompette orchestrale ...... 50 €

une contre bombarde ....... 100 €

un soufflet ...... 100 €

Ou participer collectivement à:

la restauration des jeux,

la restauration des soufflets,

la restauration des sommiers,

la restauration du buffet,

la restauration de la console, etc .....

Et / ou Devenir adhérent de l'AONDA.

Capture d’écran 2018-09-12 à 17Prenez ce week-end, le temps de regarder de plus près la façade de l'église, restaurée en partenariat avec la Mairie d'Alfortville durant l'été 2016. Il s'agit d'un bâtiment emblématique d'Alfortville .

http://alfortvilleconf.canalblog.com/archives/2017/09/15/35672490.html