Capture d’écran 2016-03-07 à 19

Billet d'humeur de Catherine de Rasilly

Comme chaque année, le 8 mars est "LA" journée des droits des femmes. A cette occasion, chaque année, je me permets de vous soumettre mes réflexions à ce sujet. A relire les billets des 8 mars précédents ! http://alfortvilleconf.canalblog.com/archives/2015/04/30/31978514.html

http://alfortvilleconf.canalblog.com/archives/2014/03/07/29381939.html

Après avoir réalisé une étude sur le modèle suédois en matière d' "Égalité Femme - Homme", j'ai eu l'idée d'organiser une table ronde sur la place des femmes dans notre société.

Qu'il s'agisse de l'égalité professionnelle, de la lutte contre les violences faites aux femmes ou encore de l'éducation non sexiste, les Suédois ont placé cette  thématique au centre de leurs préoccupations. La loi interdit même les publicités sexistes. En cas de non respect, la publicité est interdite.

Pourquoi l'égalité Homme-Femme occupe-t-elle une place si importante dans la société suédoise ? Pourquoi cette apparente efficacité des politiques publiques mises en oeuvre ? Ne serait-ce qu'une théorie bien difficile à mettre en place ?

En Suède, un employeur est obligé de comparer la nature et les connaissances de chaque emploi afin de s'assurer que des hommes et des femmes puissent postuler: il encourt des sanctions s'il ne respecte pas ses obligations.

Capture d’écran 2016-03-02 à 19Les Suédois bénéficient d'un système de congés parentaux exceptionnels et peu... pas du tout dans la mentalité française ! En effet, après la naissance, il est possible de prendre un congé de 16 mois, 8 mois pour chacun des parents. Les Suédois pensent que le congé parental développe le sens managérial et l'efficacité. C'est vrai que les femmes sont rodées à faire plusieurs choses à la fois ! Le congé peut être pris indifféremment par le père ou la mère, mais on constate qu'il est pris à 75% par les femmes qui sacrifient leur carrière et seulement par 25 % des hommes. Pendant ce congé exceptionnel, le salaire est maintenu à 80% dans la limite d'environ 2500 €/mois. De quoi avoir suffisamment de ressources pour concilier vies professionnelle et familiale.

Les entreprises ont pour obligation légales de ne pas convoquer de réunion le matin avant 9 heures 30 et le soir après 16 heures 30, afin qu'un des 2 parents soit toujours disponible pour aller chercher les enfants à l'école ou à la crèche. Ceci est bien éloigné du système français qui privilégie hélas trop souvent ces créneaux horaires extrèmes pour la tenue des réunions.

Une initiative à saluer: toutes les crèches fonctionnent la nuit pour les parents travaillant en horaires décalés ou de nuit.

Malgré tout, bien que 74% des Suédoises exercent une activité professionnelle contre 64 % des françaises, cette exemplarité fait l'objet de vifs débats!

Contrairement à la France, en Suède parler politique est... tabou. En revanche 70% des travailleurs suédois sont syndiqués. Il n'existe pas un Code du Travail au sens français. Ce sont les syndicats qui négocient branche par branche. Ils sont au centre du système suédois, ce qui impacte fortement la gestion des entreprises. Il en ressortirait donc une véritable égalité économique Homme- femme, de bonnes conditions de travail négociées, et une meilleure combinaison "travail - famille".

Quelques chiffres pour mieux comprendre que le système suédois, montré comme un exemple à suivre dans nos pays, a ses limites et que ses limites sont souvent à l'encontre des femmes. En effet, 25% des emplois de "cols bleus" occupés par des femmes sont des emplois temporaires, partiels, en CDD et 50% des femmes travaillent à mi-temps.

Même en Suède, le salaire principal est celui de l'homme et le salaire de la femme est très souvent un appoint pour les revenus du couple. Par conséquent, le schéma traditionnel est également bien ancré dans la société suédoise. Tout comme en France, si une profession est exercée majoritairement par des femmes, cela semble dévalorisant et tire les salaires vers le bas. Les temps partiels sont encore très mal rémunérés, alors qu'ils sont principalement occupés par des femmes et obligent au cumul de jobs précaires.

L'âge de la retraite est à 67 ans.

En 1791, Olympe de Gouges, première théoricienne du féminisme, reprenait point par point la Déclaration des Droits de l'Homme en une inversion parodique... et s'exprimait ainsi: "Les mères, les filles, les soeurs représentantes de la nation, demandent d'être constituées en assemblée nationale. Considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de la femme, sont les seules causes des malheurs publics... En conséquence, le sexe supérieur en beauté comme en courage, dans les souffrances maternelles, reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l'Être suprême, les droits suivants de la Femme et de la Citoyenne..."

"Article 1: la Femme naît libre et demeure égale à l'Homme en droits.".....

"La Femme a le droit de monter à l'échafaud, elle doit avoir également le droit de monter à la tribune."

Capture d’écran 2016-03-02 à 18En 2000, 90 % des députés étaient masculins.

En 2011, 2 femmes sur 10 étaient Députées, donc 80 % d'hommes siégeaient dans cette assemblée.

Depuis 2012, la proportion des femmes députées est de 26,9 %.

En 2014, 87 femmes siègent au Sénat, soit 25%, contre 17 % il y a 10 ans.

Malgré la loi sur la parité, seulement 16 % des Maires sont des femmes, et à peine 40 % sont Conseillères municipales.

Au 1er février 2016, au classement mondial des femmes dans les parlements nationaux la France occupe le 58ème rang sur 191 pays classés, avant le Kazakhstan et juste derrière le Soudan et l'iraq. La Suède est en 5 ème position.

Finalement, les apparences sont trompeuses: malgré les lois, en 2016, les théories d'Olympe de Gouges restent actuelles:"Quelles que soient les barrières que l'on vous oppose, il est en votre pouvoir de les affranchir, vous n'avez qu'à le vouloir."

Notre pays est un pays de libertés, dans lequel l'accès au savoir et aux études est ouvert à tous et toutes sans discrimination sexiste et cela est une richesse inestimable. Dans d'autres pays, l'accès à l'école et à l'alphabétisation est loin d'être un acquis systématique pour toutes et tous. Le premier pas vers le savoir et la liberté passe par l'apprentissage de la lecture et de l'écriture. Ce savoir permet alors à chacun et chacune d'exister par lui-même.

Et puis, juste pour "le fun", en cette journée internationale des droits des femmes, voici une publicité très féministe de la lessive "Ariel" diffusée sur les médias indiens. Beaucoup d'entre nous se reconnaîtront !

http://www.aufeminin.com/news-societe/egalite-le-beau-message-de-la-pub-ariel-en-inde-s1760699.html

Capture d’écran 2016-03-03 à 09A Alfortville, la JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES a aussi son évènement avec une table ronde intitulée "La place de la Femme dans la Société"

Un moment symbolique qui permet de réfléchir collectivement à l’évolution de la place de la Femme dans notre société.

Alfortville, sous l’égide de Catherine de Rasilly, Adjointe au Maire, Déléguée à la Politique de la Ville et à la Cohésion Sociale, vous propose le 8 mars prochain, une table ronde ouverte à toutes et tous.
Une soirée pour échanger et découvrir le nouveau modèle émergeant de femmes aux activités et aux facettes multiples: vous y rencontrerez 4 Afortvillaises exceptionnelles, aux parcours atypiques, étonnants et actuels.
Quatre invitées, quatre personnalités qui partageront avec vous leurs expériences et leur philosophie de la vie et du changement.

Mardi 8 mars 2016 à 18 heures, Salons de l'Hôtel de Ville