Mise à jour du 20 avril

Un de nos contributeurs nous adresse son analyse des résultats du premier tour des élections départementales 2015 sur le canton d'Alfortville. La voici.

Capture d’écran 2015-03-30 à 18

La soirée d'élections du 29 mars ne doit pas nous empêcher d'analyser sereinement les résultats. Faisons-le. 

 

Cette fois-ci, il est intéressant de se préoccuper du report des voix, qui détermine le résultat final, le succès des uns et la défaite des autres, en s'affranchissant des propos à l'emporte pièce, plus approprié à un meeting de campagne qu'à la proclamation de résultats.

 

Tout ce qui suit n'est bien évidemment qu'une hypothèse, le vote de chacun, et donc de tous, restant dans le secret de l'isoloir.

 

Dans l'étude du report de voix, il ne faut pas oublier, en premier lieu, le gros du bataillon, à savoir les abstentionnistes qui ne sont pas forcément les mêmes au premier et au second tour.

 

Ainsi de nombreux assesseurs m'ont indiqué qu'ils avaient remarqué un fait notable lors de ce tour, à savoir le grand nombre d'électeurs du second tour abstentionnistes au premier, de l'ordre de 10 %, selon ceux qui ont effectué un pointage en attendant le chaland. 

 

Il nous faut alors scinder les votants du second tour en 2 groupes : les votants du seul 2° tour, soit 1000 voix (10% de 10000) et les votants aux 2 tours soit 9000 voix.

 

Pour les « bi-votants », il est vraisemblable d'estimer que les électeurs du 1° tour des candidats en ballotage ont renouvelé leur vote au second tour pour les candidats qu'ils avaient choisis et encore en lice, soit 6800 voix. De même que ceux, toujours mécontents, ayant déposé des bulletins nuls ou blancs, soit 440 votants.

 

Les bulletins nuls ou blancs ont progressé de 440 à 730, soit 290 votants.

 

Le vote « gauche » a progressé de 970 voix et le vote « droite » de 1490 voix.

 

Les votants du seul 2° tour sont venus, à de rares exceptions près, exprimer une opinion. La campagne motivante du binôme PS a certainement eu plus d'effet que celle de la droite. Une répartition 3/4 - 1/4 paraît plausible, soit respectivement 750 et 250 voix.

 

Le binôme PS a donc dû récolter aux alentours de 220 voix du Front de Gauche (970 - 750), grâce aux consignes strictes émanant de la place du Colonel Fabien, désireux de sauver le dernier bijou de famille lui restant en France. Le reste du Front de Gauche (990 électeurs) s'est reporté sur les bulletins nuls ou blancs et sur l'abstention, de même que l'ensemble des électeurs de la liste d'extrême gauche (370 électeurs).

 

Les 1490 électeurs supplémentaires du binôme UMP-UDI-MODEM proviennent d'une partie des électeurs nouveaux (250 voix) et pour le reste de la liste FN (1240 voix, soit 2 électeurs sur 3) (*). Le reste du FN (600 électeurs) s'est probablement reporté sur les bulletins nuls ou blancs et sur l'abstention.

 

Vérification des estimations

 

Le nombre d'électeurs votants au seul second tour (1000) + le nombre de bulletins nuls ou blancs supplémentaires (290) + le nombre d'abstentionnistes supplémentaires (660) forment un total de 1950.

 

Le nombre de votants au premier tour et abstentionnistes au second, provenant du Front de Gauche (990) + de l'Extrême Gauche (370) + du FN (600), forment un total de 1960.

 

Chacun aura compris que les 10 derniers électeurs sont victimes des arrondis.

 

Tout ceci ne reste qu'une hypothèse...

 

(*) Cette proportion est confirmée dans un sondage publié le 30 mars par Opinion Way : "65 % des électeurs du FN votent à droite au second tour."  Quant au report des voix FN à la gauche, qu'on appelle le "vote gaucho-lepéniste", cet organisme l'estime très minoritaire.

 

Droit de réponse  du 20 avril :

Madame Nathalie Levallois nous envoie le message suivant.
Sujet : erreur sur les cantonales

Contenu du message :
Vous avez mis que la liste "front de gauche" à Alfortville contenait le Parti de Gauche. Ce n'est pas le cas.
Nathalie Levallois, Parti de Gauche Alfortville