Capture d’écran 2015-01-06 à 15

Source: "Le Parisien" du 29 décembre 2014.

 

En 2013, 465 piétons ont été tués en France, et 4 199, hospitalisés pour leurs blessures. Cela représente un peu plus de 14% du total des victimes de la route.

Parmi eux, deux groupes sont particulièrement exposés : les enfants et les seniors. Les premiers parce qu’ils n’ont pas encore les capacités pour s’adapter à la circulationou qu'en raison de leur taille ils sont  parfois cachés par des éléments de mobilier urbain et les seconds… parce qu’ils ne les ont plus totalement. Avec l’âge, les réflexes et la qualité de l’audition diminuent, le champ de vision rétrécit et l’acuité visuelle faiblit. Les conséquences d’un accident sont plus importantes chez un piéton senior qui est plus fragile physiquement.

Un piéton tué sur deux est âgé de 65 ans ou plus. Les moins de 14 ans et plus de 75 ans représentent 40 % des piétons hospitalisés.

Les déplacements à pied sont avant tout un phénomène urbain. Plus des 2/3 des piétons accidentés le sont en ville.
Les accidents surviennent notamment en traversée de chaussée, bien souvent sur les passages piétons : en ville, plus d’un piéton tué sur trois l’est sur un passage piéton !

Les mois de novembre à février sont particulièrement meurtriers pour les piétons, en raison notamment des mauvaises conditions de visibilité... alors qu'en voiture et en deux-roues, c'est l'été qui présente davantage de risque.

Le premier réflexe est de rendre visible au maximum les enfants et piétons en général.
Pour être mieux vu lorsqu’il fait sombre, portez de préférence des vêtements (chaussures, sacs à dos…) de couleurs claires ou vives ou munis de bandes de tissu rétroréfléchissant, qui renvoient vers les conducteurs la lumière de leurs phares. La nuit, vous serez ainsi visible à plus de 150 m, au lieu de 30 m.

Les enfants n’ont pas toujours conscience des risques et s’exposent, souvent involontairement, suite à un jeu à des dangers (jeux avec un ballon au bord de la route, courses poursuites en slalomant entre les passants au bord de la chaussée ...). Les autres usagers doivent prendre conscience de ce danger pour les éviter et éventuellement les aider à ne pas s’y exposer. Un enfant par exemple doit  marcher le plus loin possible du bord du trottoir afin d’éviter de tomber sur la chaussée ou d’être happé par un véhicule circulant trop près du trottoir.

Capture d’écran 2015-01-06 à 15

Nous évoquions le sujet dans les colonnes de ce blog en Août dernier, alors même que la circulation dans la rue Paul Vaillant Couturier est devenue prioritaire, et que toute les rues transversales y aboutissant sont ponctuées d'un STOP. Attention donc à la vitesse parfois excessive de certains véhicules qui ne sont plus contraints au respect de la priorité à droite... ( Pour en savoir plus: cliquez sur le lien ci après) http://alfortvilleconf.canalblog.com/archives/2014/08/28/30484863.html