Image 9

Depuis le début du mois d'avril, le parc de stationnement de la gare (côté Alfortville) a été considérablement réduit et son accès a été modifié... Mais c'est un mal pour un bien.

Ces derniers jours, une palissade et une base-vie de chantier ont été installés au moyen de convois exceptionnels.

En voici la raison: les travaux d'accessibilité aux quais pour les personnes à mobilité réduite, pour les mères de famille avec des enfants en bas âge ou des poussettes, pour... tous ont enfin démarré. Ces travaux étaient réclamés depuis des années par les usagers tout comme la sécurisation des quais dédiés aux RER. Ils sont maintenant commencés dans le cadre de la mise en accessibilité des gares, entreprise par RFF (Réseaux Ferrés de France) en partenariat avec la Ville, et avec le soutien du STIF (Syndicat des Transports d’Ile-de-France) et de la Région Ile-de-France.

L’objectif de ces travaux est de réaliser un 3e accès souterrain (d'une largeur confortable de 8 mètres) pour désengorger les 2 accès existants (saturés aux heures de pointe) et de créer des accès pour les personnes à mobilité réduite. Des ascenseurs et de nouveaux escaliers desserviront les quais à partir de ce passage dont la sortie coté Alfortville comprendra un ascenseur, une rampe et un escalier.

Rappelons que la gare d'Alfortville-Maisons-Alfort enregistre le passage de 18 000 voyageurs chaque jour, ce qui en fait une gare très fréquentée pour la région Ile-de-France.

Ces travaux vont s'étaler sur plus d'un an pour un coût de plus de 27 millions d'euros. Ils ne coûteront rien à la ville d'Afortville puisqu'ils sont financés pour la moitié par le STIF, pour un quart par la Région et pour le reste par la SNCF et RFF.

La mise en service effective de ces installations est prévue dans le courant de l’année 2015. Patience donc...

Afin de réduire les impacts sur la circulation ferroviaire et  limiter les interruptions ou les ralentissements des trains du RER D, la méthode retenue est exceptionnelle. Après des travaux de terrassement, des «aires de préfabrication» vont être réalisées de chaque côté des voies ferrées afin de construire, sur place, les trois parties du cadre en béton armé qui constitueront le souterrain dont les parois auront une épaisseur de 80 centimètres.. Ces trois morceaux seront ensuite «foncés» (c’est-à-dire «poussés») sous les voies.

Plus de détail sur ces travaux sur le le lien ici.