viaduc ligne 15

La décision vient de tomber et il ne semble pas qu'elle puisse être remise en cause. La ligne rouge, maintenant n° 15, du Grand Paris sera aérienne et passera en viaduc au dessus d'Alfortville. Pourquoi une telle décision ? Voici l'histoire.

Chacun a pu remarquer les forages répétés de reconnaissance de sol, réalisés un peu partout et plus particulièrement le long des quais à Vitry. Ces répétitions ont une cause. Après une première reconnaissance, il s'est avéré que le sol était particulièrement mauvais à la profondeur envisagée. Sous la couche dure située au niveau du lit du fleuve, le terrain est une véritable éponge. Le plus grave est que la couche dure du lit est multifracturée et que les venues d'eau seraient généralisées en cas de creusement. Dans ces conditions, le forage par tunnelier est tout simplement impossible, la galerie creusée étant immédiatement inondée.

Dans un premier temps, il a été décidé d'enfoncer davantage le tunnel afin de trouver un terrain sain. Nouvel essai 10 mètres en dessous du premier: toujours négatif. Nouvelle tentative encore 10 mètres plus loin: toujours négative. Troisième recherche 30 mètres en dessous du sol initial: ouf, c'est bon !

Oui, mais voilà, enfoncer la ligne de 30 mètres supplémentaires entraîne un surcoût non seulement pour chaque ouvrage d'aération, mais surtout pour chaque gare. Il faut prévoir des escaliers, des ascenseurs et des escalators supplémentaires. Les normes de sécurité en cas d'évacuation doivent être renforcées. L'addition de cet enfouissement profond est plus que salée, alors que le financement du projet initial était déjà difficile en période de crise.

C'est donc la solution d'un viaduc qui a été retenue. Elle a pour avantage de mettre les gares, et en particulier celle de Verts de Maisons qui est en zone inondable, au dessus des niveaux des plus hautes eaux, ce qui rend inutile tous les ouvrages anti submersion, tels qu'ils ont été initialement prévus pour la gare souterraine. Une économie substantielle. Dernier avantage: la ligne elle même serait à l'abri de toute crue, même en cas de défaillance des protections.

La hauteur du tablier du viaduc a été décidée pour assurer le passage au gabarit routier, mais surtout en fonction du franchissement de la ligne SNCF à la hauteur de Verts de Maisons, alors que la voie du RER D est déjà en surplomb par rapport au terrain naturel. La ligne rouge se situera donc sensiblement au même niveau que l'A 86, soumise aux mêmes contraintes de franchissement.

Dès à présent, une équipe, celle qui a réalisé le viaduc de Millau, a été missionnée pour étudier l'ouvrage d'art. La société du Grand Paris a demandé à cette équipe de s'inspirer fortement de l'architecture de ce viaduc qui est une réussite saluée unanimement. Ci-dessus une première esquisse du projet.

Mise à jour du 02 avril 2013

Image 25

Et voici le panneau routier que chacun pourra admirer en arrivant sur ce viaduc...

Ce qui n'avait pas trompé certains de nos lecteurs, très avertis du fait alfortvillais...