Image 1

Chacun a pu remarquer, en passant sur le pont du Port à l'Anglais, la fermeture de l'écluse côté Alfortville depuis le 10 novembre.

Des travaux importants sont entrepris par l'établissement public Voies Navigables de France: réfection des bajoyers (flancs de l'écluse) dont les joints entre pierres ont été mis à mal par la pression de l'eau provenant des hélices d'étrave des gros pousseurs, réfection des têtes de bief, remplacement des couronnements des bajoyers par des blocs en béton recouverts d'une tôle métallique permettant le glissement des bateaux, sortie des portes amont et aval pour révision complète.

DSCF1618Les batardeaux permettent de retenir l'eau et de travailler à sec sur les bajoyers. Des pompes maintiennet le niveau de l'eau car les bartardeaux ne sont pas parfaitement étanches.

DSCF1619La porte aval, d'un poids de 44 tonnes, est posée à plat (on voit les vantelles qui permettent le passage de l'eau lors des éclusages).

L'écluse n'a pas été entièrement vidée mais reste en eau sur une hauteur d'environ 1 mètre. Pourquoi ? Le radier (fond de l'écluse) est naturel (pierre de silex). La poussée des terres sur chaque bajoyer entraînerait leur effondrement si une contre poussée des eaux à leur base ne venait pas les stabiliser. Les travaux en eau sont réalisés par des plongeurs.

La durée des travaux est prévue pour 3 semaines. Ce délai, appelé chômage (puisqu'il interdit la navigation), est impératif, la navigation étant programmée longtemps à l'avance. Pour le tenir, le chantier se déroule en 2 x 8 (deux fois 8 heures), 6 jours sur 7.

La circulation sur le fleuve a diminué lors de la dernière dizaine d'années: diminution forte en nombre de passages (de l'ordre de 30 000 unités à 17 000 par an), diminution plus faible en tonnage puisque le gabarit moyen des bateaux a très fortement augmenté. Une barge, comme celles qui alimentent en charbon 3 fois par semaine la centrale thermique de Vitry, transporte autant de matériau que 10 péniches Freycinet, image traditionnelle de la péniche.