ALFORTVILLE CONFLUENCE a déjà évoqué ce problème: la pollution par les mégots, en prenant l'exemple du perron de la Mairie, haut lieu de stationnement pour les fumeurs.

Une campagne nationale est lancée en ce moment pour attirer l'attention des usagers de la cigarette sur un geste qui peut leur paraître anodin: écraser leur mégot sur la chaussée. Car le mégot part alors dans le caniveau puis dans les cours d'eau ou, dans le meilleur des cas, à la station d'épuration. Un poisson qui ingère un mégot est un poisson mort. Les centres d’épuration des eaux commencent aussi à avoir des problèmes car les mégots libèrent des produits toxiques et, en fin de course, ils sont incinérés, ce qui pollue encore une fois.

Il faut en moyenne 5 minutes pour fumer une cigarette et 12 ans pour qu’elle se décompose...

Autre conséquence écologique: la production de cigarettes est responsable chaque année de la déforestation de 200.000 hectares de terres dans le monde (500 fois la superficie d'Alfortville...) et génère 2,3 millions de tonnes de déchets industriels et 209.000 tonnes de déchets chimiques (source: OMS).

Déforestation qui peut aussi être consécutive aux incendies de forêts provoqués par le jet d'une cigarette encore incandescente depuis une voiture... Guère de risque, il est vrai, à Alfortville...

Image 3Si on applique la moyenne nationale, ce sont 45 millions (non, il n'y a pas d'erreur sur le nombre!) de mégots qui sont jetés dans notre bonne ville chaque année... Alors qu'entreprendre dans Alfortville ?

Il faudrait mettre des cendriers dans toutes les "zones fumeurs", en particulier devant certains bureaux et les cafés. Des cendriers visibles et de dimensions respectables, ceux installés sur le perron de la Mairie s'avérant à l'usage trop petits par exemple (photographie ci-contre). Il serait normal de demander aux  sociétés et aux commercants qu'ils s'occupent du nettoyage de la partie de trottoir transformée en fumoir par leurs employés ou clients.

La meilleure solution n'est pas de culpabiliser les fumeurs mais de faire appel à leur bon sens et à leur civisme. 

Mais aussi les prévenir que depuis début 2012 jeter son mégot dans la rue est passible d’une amende de 35 euros.