Image 15

Ci-après, l'intervention de Catherine de Rasilly pour le Groupe "CONFLUENCE 2008" lors du vote du Budget Primitif  en Conseil Municipal du 27 mars 2012.

Monsieur le Sénateur Maire, Chers collègues,

Nous serons brefs. En effet, il est difficile, voir périlleux même, de débattre objectivement ce soir des décisions budgétaires présentées dans ce budget 2012, un peu particulier...

Nous concevons aisément, Monsieur le Maire que vous héritez des orientations budgétaires proposées par votre prédécesseur. Vous n'avez pu en 10 jours marquer réellement de votre empreinte personnelle le budget qui nous est proposé aujourd'hui.

Comme l'a souligné très justement notre collègue Michel Gerchinovitz (Maire adjoint en charge des finances et du contrôle de gestion) en commission Finances, le contexte économique global dans notre pays est particulièrement tendu, avec une très faible croissance du PIB.

Le dernier recensement dénombre 45000 Alfortvillais et la courbe de leurs besoins est en rapport direct, bien évidemment, avec la courbe démographique.

En terme de financement , nous notons le recours à un emprunt de 9,2 M€ soit plus de 200 euros par habitant, ce qui constitue une charge pour l'avenir .
Vous nous confirmez également que la gestion de la ville n'est pénalisée par aucun emprunt toxique, avec un taux moyen de remboursement de prêts en cours de 3,82 % sur une durée moyenne de 8 ans.

Les recettes fiscales financent 55 % du budget.
Comme je l'avais évoqué lors du dernier Débat d' Orientation Budgétaire bon nombre d'Alfortvillais, par le jeu de seuil des tranches fiscales risquent de voir leur pouvoir d'achat s'effriter encore un peu plus.

La proposition qui nous est faite ce soir, de ne re-valoriser que de 1% les taux de fiscalité locale est en réalité un leurre, car cette revalorisation s'ajoutera bien évidemment à l'augmentation de 1,8% de la valeur locative indiciaire votée par l'Assemblée Nationale. Au final, le contribuable alfortvillais supportera donc une augmentation de 2,8% , bien supérieure au taux d'inflation prévisionnel de 1,7%. C'est d'ailleurs,déjà ce qui avait été constaté sur les feuilles d'impôts locaux à l'automne dernier.

Par ailleurs, nous avons bien noté que dans ce climat tendu, la municipalité (actuelle), malgré la faible marge de manoeuvre qu'il lui restait, s'était attachée lors de l'établissement de ce budget de la ville pour 2012, à se limiter aux seules dépenses strictement nécessaires et indispensables à la bonne marche de notre commune.
Cette situation, imposera donc à tous, la réduction voir la suppression de toutes les dépenses superflues... Prenons rendez vous lors du vote du budget supplémentaire pour en faire le constat.

Toujours lors du dernier Débat d' Orientation Budgétaire nous avions également insisté sur le fait que s'il fallait envisager la rigueur et les économies même s'il est bien sûr primordial de maintenir un tissu associatif dynamique, les associations alfortvillaises devraient également se montrer raisonnables et pour certaines peut être réduire un train de vie devenu au fil du temps par trop dispendieux ! A noter, encore cette année une hausse du budget des associations de 3%.

L'incertitude des résultats des élections présidentielles et parlementaires ajoute à la précarité de l'environnement économique et social et doivent inciter nos gestionnaires à la plus grande prudence tout en maintenant le cap des rénovations, de l'amélioration et de l'évolution normale de notre ville, même si l'exercice 2012, s'annonce délicat.

Monsieur le Maire soyez assuré que dans le climat d'ouverture qui semble s'engager aujourd'hui, notre Groupe « CONFLUENCE 2008» à chaque fois qu'il sera sollicité, mettra tout en oeuvre pour contribuer et apporter ses idées, son dynamisme et ses compétences au maintien des objectifs de bonne gestion à atteindre.
Nous vous remercions de la confiance que vous nous témoignez.

Monsieur le Maire, chers collègues , merci de votre attention.