CR pont suspenduCi-après, l'intervention de Catherine de Rasilly pour le Groupe "CONFLUENCE 2008" lors du Débat d'orientation Budgétaire qui s'est tenu lors du Conseil Municipal hier soir.

09 février 2012
D.O.B  Groupe « CONFLUENCE 2008 »

Monsieur le Député Maire,
Monsieur le Sénateur,
Chers collègues,


Nous ne rentrerons pas dans le détail stérile de chiffres auxquels chacune des composantes de ce Conseil fait dire ce qu'elle veut et donc interprétables par chacun d'entre nous comme bon lui semble.

Comme l'a souligné très justement notre collègue Michel Gerchinovitz le contexte économique global est particulièrement tendu, avec une croissance du PIB en baisse aux environs de 1,5 % à 1,6%.
Comme vous l'avez expliqué la croissance française est atone et le marché de l'emploi tout aussi morose.

Bon nombre de Français, d'Alfortvillais, par le jeu de seuil des tranches fiscales risquent de voire leur pouvoir d'achat s'effriter encore un peu plus.

Dans ce climat tendu, il est donc aujourd'hui primordial que la municipalité fasse preuve lors de l'établissement du budget de la ville pour 2012, de rigueur et se limite aux seules dépenses strictement nécessaires et indispensables à la bonne marche de notre commune.

Certains nous expliqueront que le désengagement de l'État et sa politique face aux collectivités territoriales dont le gel des dotations versées, sont mère de tous les maux...!

Le rapport joint à l'ordre du jour s'il précise les grandes données économiques nationales ou locales ne définit réellement aucune orientation budgétaire concrète pour l'année 2012.
S'agit il  donc réellement d'un débat d'orientation budgétaire ?
Pour preuve, je citerai la phrase suivante, extraite de l'exposé joint à l'ordre du jour: « toutes les hypothèses devront être étudiées ».
Ce qui sous entend qu'elles n'auraient pas été encore étudiées pour ce débat ?

Cette situation, nous impose donc à tous, la réduction voir la suppression de toutes les dépenses que je qualifierai de « Confort »...

Tous nous devons envisager la rigueur et les économies et bien sûr, s'il est primordial de maintenir un tissu associatif dynamique (surtout en période de crise) les associations alfortvillaises doivent également se montrer raisonnables et pour certaines peut être réduire un train de vie devenu au fil du temps par trop dispendieux !

Tout comme, on ne peut demander aux seuls agents municipaux de supporter les efforts engendrés par le quasi blocage relatif des salaires !

En matière de gestion courante, il faut donc mettre encore plus en concurrence nos fournisseurs, gérer notre ville au plus juste, en véritable centre de profit.

Les recettes fiscales financent 57 % du budget, dans ce contexte difficile pour beaucoup d'Alfortvillais nous ne saurons que trop insister pour un blocage des taux d'impositions locales, outre la valeur locative qui sera revalorisée de 1,018 à peu de chose près équivalente à l'augmentation 2011 (1,02) qui grèvera suffisamment le budget des ménages alfortvillais sans leur infliger la double peine d'une augmentation de la part communale.

Concernant les charges en intérêts, en moyenne 3,82 % avec une durée d'environ 8 ans, vous nous confirmez ce soir encore (et aujourd'hui la presse ne semble pas raconter « n'importe quoi! ») que nous ne supportons aucune charge  d'emprunts toxiques.
Ce qui devrait faciliter, lors de cet exercice 2012, la re-négociation de nos taux d'emprunts aux meilleures conditions.

Comme vous l'avez souligné, l'incertitude des résultats des élections présidentielles et parlementaires ajoute à la précarité de l'environnement économique et social et doivent inciter nos gestionnaires à la plus grande prudence tout en maintenant le cap des rénovations, de l'amélioration et de l'évolution normale de notre ville.

A exiger de l'AGGLO, qu 'elle tienne ses engagements et la qualité des prestations dues à Alfortville au regard des recettes perçues à cette effet sur les Alfortvillais.

L'exercice 2012, s'annonce difficile dans un contexte national tout aussi déprimé.

Toutes les compétences, toutes les idées doivent s'unir afin de franchir au mieux ce cap.

Notre Groupe « Confluence 2008 » s'il est sollicité, mais le sera-t-il cette année alors que vous nous ignorez depuis le début de la mandature ?  Mettra tout en oeuvre pour contribuer et apporter ses idées et son savoir faire au maintien des objectifs de bonne gestion à atteindre.

Merci de votre attention.