Cette semaine, les travaux de mise en place d'un radar ont démarré: il est situé sur le quai Blanqui, dans le sens nord-sud. Il ne s'agit pas d'un radar de vitesse mais du contrôle du respect du feu rouge au croisement du pont suspendu du Port à l'Anglais.

PICT0298

L'implantation de ce radar a été décidée par les services de l'Etat: c'est l'un des 2 appareils implantés sur le département alors que de très nombreuses demandes avaient été formulées à de multiples emplacements. Une reconnaissance que ce carrefour est particulièrement accidentogène, comme ALFORTVILLE CONFLUENCE ne cesse de le répéter depuis des années.

Tout ceci s'est décidé sans aucune concertation, ni même la moindre information. Même pas celle de la commission circulation-stationnement, tant vantée dans le BMO mais toujours ignorée dans les décisions prises, dont la dernière réunion remonte, il est vrai, à plus de 7 mois maintenant.

C'est donc une politique de répression qui est préférée à une politique de prévention. L'argent investi dans cet équipement n'aurait-il pas été plus judicieusement employé à un aménagement du carrefour, qui résoudrait à la base le problème de sécurité sur l'ensemble des 4 voies débouchant sur le carrefour ?  Poser cette question, c'est déjà y répondre. Car ce sont toujours 2 axes de 3 voies, et 2 axes de 2 voies qui débouchent sur ce croisement, sans le moindre marquage au sol.