CONFLUENCE 2008, liste de démocratie participative locale, nous demande de publier la Tribune Libre qu'elle a fait paraître dans le BMO de décembre 2009. La voici.

Cat

Impôts locaux: la dérive s'accentue !

En avril dernier, dans cette tribune, nous dénoncions déjà la dérive des finances municipales et sa conséquence directe, l'augmentation très importante des taxes locales. Lors du dernier Conseil Municipal (NDLR: du 21 octobre 2009) le Maire a fait voter une série de mesures dont il puisera les moyens supplémentaires dans les poches des Alfortvillais:

- l'augmentation du budget 2009 de 12 %, principalement financée par l'emprunt,

- un  projet de préemption d'immeubles qui coûtera en moyenne 1 million d'euros chaque année, etc...

Au moment où l'Etat supprime la manne de la Taxe Professionnelle et par là même remet en cause la pérennité des recettes locales, le Maire engage sans compter de nouvelles dépenses. Dans ses promesses électorales, le Maire s'était engagé à « une fiscalité maîtrisée »: nous subissons un dérapage permanent. Le Maire cette fois encore ne tient pas ses engagements. Notre Groupe Confluence 2008  a été le seul à intervenir pour défendre vos intérêts et a donc voté contre ces dépenses supplémentaires.

Ajoutons à cette tribune cette citation de François Hollande, que ne saurait donc contester Monsieur le Maire: "Les emprunts d'aujourd'hui sont les impôts de demain. Le grand emprunt d'aujourd'hui est le grand impôt de demain."

Monsieur le Maire, vos grands emprunts pour "boucler" le budget d'Alfortville pour l'année 2009 sont donc nos grandes taxes d'habitation de demain. Rendez-vous en mars 2010 pour le vérifier avec l'augmentation des taxes que vous allez imposer.