a_veloLe vélo fait son retour dans le cadre urbain, comme en témoigne le succès des vélos en libre service. Douze millions d'utilisateurs en quelques mois pour le "Vélib"parisien et un succès comparable dans toutes les autres villes qui proposent ce mode de déplacement économique et écologique. Toutes les tranches d'âge cèdent à cet engouement, car c'est bien connu: "le vélo, ça ne s'oublie pas!".

Il convient malgré tout de rappeler qu'un cycliste est considéré comme un conducteur à part entière. Il doit par conséquent respecter le Code de la Route. Il est responsable des dommages qu'il pourrait occasionner à autrui. A Paris par exemple, en 2008, le nombre de contraventions dressées aux cyclistes a augmenté de 145 %.
Les infractions relevées sont variées: du défaut d'entretien tel le manque de sonnette, ou de feu arrière... au non respect du feu rouge, d'un stop, d'un sens interdit... Le port du casque, s'il n'est pas obligatoire en ville, réduit les risques de traumatismes crâniens de 85 %. Après un choc violent, il convient d'en changer. Pour les enfants, dont les réflexes sont encore maladroits, le casque est particulièrement recommandé.

Image_1

Vous pouvez cliquer sur l'image pour l'agrandir et l'éditer.

A Alfortville, circuler en vélo relève bien souvent de l'exploit et exige prudence et dextérité. Les pistes cyclables sont quasi inexistantes, ou confondues avec des trottoirs pour piétons, ce qui peut être source de danger pur les deux catégories d'usagers. Les artères principales, telles les rues Paul Vaillant Couturier, Véron ou Etienne Dolet pour ne citer qu'elles, sont extrêmement dangereuses car encombrées, parfois réduites par des bordures centrales qui empêchent les autres usagers de doubler les cyclistes, provoquant ainsi des conflits de circulation. Aucune place n'est vraiment réservée aux cyclistes, souvent coincés entre un autobus, un camion, un stationnement anarchique ou un aménagement urbain mal pensé... Rien n'est hélas réellement conçu pour favoriser ce mode de déplacement à Alfortville. Il n'existe que très peu d'accroche-vélos aux abords des centres administratifs et commerçants : c'est la faute à l'Agglo, alors allez vous plaindre dans le bureau du Maire de Créteil : c'est là que le pouvoir réside et que cela se décide....

Rien ne laisse présager en ce début d'année 2009 une quelconque amélioration dans ces domaines... Face à l'immobilisme de la Mairie, la commission circulation-stationnement n'a, à notre connaissance, accouché d'aucun projet à ce jour. Faudra-t-il attendre l'approche des prochaines échéances électorales en 2014 pour voir fleurir, dans une plaquette sur papier glacé, des promesses grandiloquentes sur "l'espace partagé", ou faudra-t-il d'autres accidents pour qu'enfin Monsieur le Maire et sa majorité prennent ce sujet à bras le corps et agissent enfin en concertation avec les Alfortvillais ?