Saint_pierre_1933_ Saint_Pierre

Vues de l'église Saint-Pierre Apôtre en 1933 et aujourd'hui

Avec son clocher-porte et son grand toit, la silhouette de l'église Saint-Pierre Apôtre est un élément marquant du paysage de la partie sud d'Alfortville. Il va bientôt disparaître.

Cette église comporte trois nefs en ogive, la nef centrale étant supportée par des colonnes cylindriques. Elle a été construite de 1931 à 1933: c'est une des premières réalisations des "Chantiers du Cardinal", oeuvre dont l'objet est la construction et l'entretien des bâtiments des diocèses de Paris, Saint-Denis, Nanterre et Créteil.

Les terrains du quartier où est situé Saint-Pierre Apôtre ont été gagnés sur des marécages lors de l"urbanisation: ce n'est pas un hasard si ce quartier est baptisé "île Saint-Pierre" et qu'il est bordé par la place du Petit Pont.

Malheureusement, à l'époque de la construction de cette église, les moyens de reconnaissance du sol étaient sommaires et la prise en compte de la portabilité a été mal évaluée. Les moyens modernes de fondations n'existaient pas non plus. Des travaux imortants de consolidation ou de sauvegarde ont été effectués depuis 1980: la dépose de la statue monumentale de Saint-Pierre bénissant (d'un poids de 80 tonnes), le remplacement du clocher d'origine en béton par un clocher réduit en tuiles, la dépose des trois cloches, le bouchage de certaines ouvertures. Malgré toutes ces actions, les mouvements de la structure ont continué, provoquant l'apparition de fissures et la chute d'éléments de maçonnerie, obligeant à la pose de filets.

Des études de sol ont été entreprises et le coût de reprise des fondations a été estimé: il est tel qu'il est préférable de procéder à une démolition et à une reconstruction de l'église. Cette solution a aussi pour mérite d'avoir, à terme, un lieu de culte dont le coût d'utilisation sera notablement réduit, en évitant notamment le froid glacial de l'hiver malgré un chauffage dispendieux.   

Le projet du nouvel édifice, confié à l'architecte Michèle Roblot, distingue clairement les différentes fonctions qui seront attribuées à cet ensemble paroissial.

Image_43

Un clocher campanile, haut de 12 mètres et surmonté d'une croix, abritera les trois cloches de l'ancien clocher prénommées Henriette-Madeleine, Nathalie et Marie-Céline-Pauline-Alice.

Un local d'accueil paroissial sera créé en façade, en léger retrait de la rue: il comprendra un bureau, un hall, une sacristie et un petit oratoire qui réutilisera les vitraux de l'actuelle sacristie.

L'église proprement dite sera située au fond du terrain. De forme triangulaire, elle pourra accueillir 150 fidèles, ou 190 par l'ouverture d'une salle de réunion latérale. Un parvis couvert la prolongera.

Un centre paroissial, situé sur le flan gauche de l'église, comprendra une salle de réunion, un petit office et un local technique.

Enfin les deux petits pavillons sur la rue seront conservés.

La démolition devrait être réalisée en mars et avril 2007, et la construction pourrait commencer en mai 2007 pour une durée d'environ un an.

Le budget prévisionnel est d'environ un million d'euros (y compris la démolition), entièrement financé par la communauté catholique. En effet, comme tous les édifices religieux existant sur la commune d'Alfortville (églises catholiques, églises arméniennes, synagogue, temples), il ne s'agit pas d'un lieu de culte à la charge de la municipalité. Le financement n'est pas totalement bouclé et vous pouvez adresser vos dons aux "Chantiers du Cardinal" (bon de soucription). Vous bénéficierez d'une déduction fiscale de 66 % du montant de votre don, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable (excédent éventuel reportable pendant 5 ans).

La paroisse organise une "Journée d'Adieux" à cette ancienne église. Elle aura lieu le samedi 3 février 2007 selon l'horaire suivant : 15 heures, ouvertures des portes  -  17 heures, présentation du projet par l'architecte   -  18 heures, messe -  19 heures: crêpes.